Les manifestations de la gueule de bois sont nombreuses (plus de 30), dérangeantes, hétérogènes et variables.

Les manifestations les plus fréquentes (1) sont :

– la sensation de faiblesse (76%),

– la fatigue (73%),

– la difficulté de concentration (72%),

– les nausées(68%),

– les maux de tête (68%).

La gueule de bois se manifeste également par une baisse importante de la vigilance et de la mémoire, qui se traduit notamment par une altération des capacités de conduite.

Les 31 manifestations de la gueule de bois ont été rangés en catégorie par Prat et al. en 2009 (2). La gueule de bois se traduit notamment par des symptômes :

– douloureux (maux de tête, crampes,…),

– sensoriels (photophobie, vertiges,…),

– psychologiques (irritabilité, anxiété,…),

– digestifs (diarrhées,…).

 

Impact sur la performance

Différentes études ont mis en évidence une altération de la mémoire et un déficit d’attention lors de la gueule de bois.

 

Mémoire

La mémorisation verbale est diminuée (3).

La capacité d’apprentissage et d’amélioration liée à la pratique diminuée (4).

Un déficit de la mémoire à long terme est observé (5).

 

Attention

L’attention est directement diminuée (6).

Les temps de réaction sont augmentés (7 ; 8).

 

Performances de conduite

Les performances au volant sont réduites (9).

Les performance des pilotes d’avion, évaluées dans un simulateur de pilotage sont également diminuées (10).

 

Conséquences économiques – coûts indirects

La gueule de bois a des conséquences économiques substantielles. Une grande perte économique a été identifiée au travail et en milieu universitaire à cause d’absentéisme, de baisse de productivité et de performance, d’accidents de travail et de conflits interpersonnels. L’absentéisme des jours suivant une consommation excessive d’alcool serait un des principaux facteurs du coût engendré.

Une récente étude menée aux Etats-Unis (11) a déterminé que les coûts générés par les travailleurs exerçant leur activité avec la gueule de bois sont supérieurs à ceux générés par les travailleurs buvant pendant la journée de travail et sous l’emprise de l’alcool.

Au Canada le coût de la consommation d’alcool s’élève à $ 7,5 milliards chaque année, dont $ 1,4 milliards à cause de la baisse de productivité engendrée par les symptômes de la gueule de bois (12).

En Finlande, plus d’un million de journées de travail sont perdues chaque année à cause de la gueule de bois (13).